Entre Cara Dele­vingne et Luc Besson, ça a été le coup de foudre profes­sion­nel. Le célèbre réali­sa­teur français est tombé sous le charme de la jeune Britan­nique au style déjanté. C’est elle qu’il a choi­sie pour incar­ner Laure­line, le premier rôle de son dernier film Vale­rianUn très bon choix. Il faut dire que partout où elle passe, la belle blonde fascine. Entre son style de bad girl et ses décla­ra­tions cash sur sa sexua­lité, elle a désor­mais la répu­ta­tion d’une femme spon­ta­née, sûre d’elle et anti-confor­miste.

 

Dans une inter­view accor­dée à Gala, la jeune femme de 24 ans est reve­nue sur sa sexua­lité, qu’elle aime quali­fier de « fluide » – elle tombe amou­reuse d’hommes comme de femmes. « Je crois que tout le monde souffre d’être enfermé dans une caté­go­rie, a-t-elle expliqué. Que ce soit à l’école, au travail… C’est géné­ra­le­ment vers 13 ou 15 ans que les ados se disent : ‘Je ne sais pas si je suis attiré par les filles ou les garçons, je n’ai pas encore décidé.’ Pour eux ce n’est pas évident de comprendre qui ils sont vrai­ment. »

 

Et d’ajou­ter qu’as­su­mer sa sexua­lité n’a pas toujours été chose facile. « La première fois que j’ai parlé de ma ‘flui­di­té’ sexuelle, les gens m’ont dit : ‘Donc, tu es gay ?’ Ben non, je ne suis pas gay ! Beau­coup de mes amis hété­ros ne le comprennent pas. Tant pis. Pourquoi devrais-je me justi­fier ? » Pas ques­tion de douter d’elle-même, si même de se confor­mer aux attentes des autres. Cara Dele­vingne vit selon ses propres stan­dards. « Je me moque de plus en plus de ce que les gens peuvent penser », a-t-elle aussi lancé, sourire en coin. Le message est clair.

 

>> Retrou­vez l’in­ter­view de Cara Dele­vingne en inté­gra­lité dans Gala, en kiosque dès le 19 juillet.

Propos recueillis par Hervé Tropéa

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here