Après un court séjour derrière les barreaux, Aaron Carter est sorti du silence pour donner sa version des faits après son arrestation le week-end dernier, pour conduite sous influence et possession de marijuana. Le petit frère de Nick Carter des Backstreet Boys s’est confié au site Entertainment Tonight lors d’un entretien émouvant.

En larmes, le chanteur de 29 ans s’est défendu d’avoir pris le volant sous l’emprise de stupéfiants et assure que sa voiture n’était pas en mouvement quand les forces de l’ordre lui sont tombées dessus. L’interprète de Crush On You a expliqué avoir eu un problème technique avec sa voiture de location, qui l’a contraint à s’arrêter dans un garage de la compagnie AutoZone. C’est justement là où il a été appréhendé après qu’un automobiliste a signalé par téléphone sa conduite erratique, qu’il impute à un problème d’alignement des roues de sa voiture.

Deux confrontations avec la police le même jour

La faute à son véhicule défaillant, donc, puisqu’un peu plus tôt dans la même journée, il se retrouvait aussi avec un pneu crevé ! Deux heures avant son arrestation, l’ex-enfant star s’était arrêté dans un magasin Walmart pour acheter de quoi résoudre le problème, mais sa carte bleue n’était pas passée – son manager avait fait opposition sans le prévenir après qu’il avait perdu son porte-feuille – et c’est un de ses fans, qui passait par là, qui a réglé l’addition en échange d’une photo. Mais le magasin avait déjà prévenu la police. Quand il a repris la route, la situation ne s’est pas arrangée, comme en témoignent plusieurs tweets publiés sur le compte Twitter de sa chérie Madison Parker.

« Mes vitres ne fonctionnaient plus, je ne pouvais même pas fermer ma voiture alors j’ai dit à ma copine de dormir à l’arrière et j’ai gardé la voiture toute la nuit, pendant huit heures, a-t-il expliqué alors qu’il était attendu sur scène pour un concert à Kansas City avec Flo Rida. La police est arrivée, ils m’ont reconnu et m’ont demandé de sortir du garage. Ils m’ont sorti de force. Quand j’ai demandé à parler à mon avocat, ils ont refusé.« 

Marijuana et anxiolytiques : un cocktail explosif

Quant à la présence de marijuana, Aaron Carter a expliqué l’avoir tout de suite mentionnée aux forces de l’ordre, puisqu’il possède une ordonnance pour l’usage médical du cannabis contre les crises d’angoisse dont il souffre depuis les attentats du 11 septembre et pour lui ouvrir l’appétit vu qu’il souffre de troubles du comportement alimentaire. « Je faisais la première partie de Michael Jackson à ce moment-là et on a tous vu les tours s’effondrer quand on s’est levé le matin. J’ai vu les gens sauter des tours en feu de mes propres yeux », a-t-il avoué, expliquant qu’il ne prend désormais plus l’avion, d’où son périple en voiture.

S’il a reconnu avoir fumé neuf heures avant de prendre le volant, en revanche il a précisé qu’il ne buvait jamais d’alcool, ce qui lui est interdit à cause d’un problème de hernie. « A part du Xanax, des anxiolytiques et de l’oxycodone (un puissant analgésique), je prends rien d’autre. Zéro. Je veux que les gens comprennent que je ne mettrai jamais ma vie en danger ni celle de ma compagne« , a-t-il énuméré en se défendant d’être dépendant à la drogue. Espérons que ses arguments convainquent le juge.

Coline Chavaroche

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here