Les dépu­tés de tous bords poli­tiques, de droite, de gauche comme d’extrême gauche, s’insurgent contre ce qu’ils estiment être une inco­hé­rence du président de la Répu­blique et une injus­tice : si on leur inter­dit le recours aux emplois à des membres de la famille, pourquoi Brigitte Macron, sa femme, aurait-elle droit à un statut spéci­fique ? 

Du côté des répu­bli­cains, c’est le député Thierry Mariani qui attaque sur le réseau social Twit­ter : « faites ce que je dis, pas ce que je fais! ». Le député socia­liste Luc Carvou­nas sur Sud Radio – Public Sénat s’étonne : «Je ne vois pas pourquoi la femme du chef de l’État aurait un budget sur de l’argent public. On est en train de nous dire qu’il faut recru­ter des centaines d’admi­nis­tra­teurs à l’Assem­blée pour contrô­ler tous nos tickets de caisse, et on va allouer un budget à la femme du chef de l’État, je ne suis pas d’accord». Tandis que l’insou­mis Eric Coque­rel ques­tionne sur Twit­ter : « Brigitte Macron serait donc une colla­bo­ra­trice. Pour­tant on va inter­dire aux dépu­tés d’employer leur famille non? 

C’est la première fois que le président de la Répu­blique essuie une pluie d’attaques aussi géné­ra­li­sée chez les dépu­tés. Et pour­tant ses posi­tions ne sont pas une surprise, puisqu’il avait annoncé dès la campagne qu’il souhai­tait un véri­table statut et un budget pour la première dame. Brigitte Macron est en effet déjà un atout sérieux dans la poli­tique de son mari, même si ses champs d’action sont encore en réflexion

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here