Il n’était clai­re­ment pas d’hu­meur. Le prince George, qui s’ap­prête à fêter son quatrième anni­ver­saire dans quelques jours, accom­pagne actuel­le­ment ses parents, Kate et William, et sa petite sœur la prin­cesse Char­lotte, en voyage offi­ciel. Lundi 17 juillet, la famille au complet a fait une arri­vée très remarquée en Pologne, et ce mercredi matin, c’est à Berlin, en Alle­magne, qu’ils ont atterri pour un séjour de trois jours.

 

Mais le petit prince, dont l’on connaît les fréquentes sautes d’humeur, affi­chait une mine plutôt renfro­gnée sur le tarmac de l’aé­ro­port. En cause ? La fatigue, très proba­ble­ment, après quelques heures de voyage, mais aussi la timi­dité. Le petit garçon semblait en effet très impres­sionné par le proto­cole : tapis rouge, gardes natio­naux, et offi­ciels du gouver­ne­ment alle­mand étaient réunis pour les accueillir.

Alors que la famille se diri­geait vers ses hôtes pour les saluer, à la sortie de l’avion, George n’a pas arrêté de se frot­ter les paupières, l’air bougon. Puis, pendant que ses parents échan­geaient quelques mots avec des offi­ciels alle­mands, le garçon­net, lui, est resté caché dans les jambes de son papa, le prince William. Contrai­re­ment à sa sœur Char­lotte, très souriante, et qui s’est amusée à serrer la pince d’un ministre alle­mand, George, lui n’a pas osé lever les yeux. Pas ques­tion non plus de lâcher la main de son père, à laquelle il était cram­ponné. Un compor­te­ment qui rappelle celui qu’il avait eu juste deux jours plus tôt, en Pologne. Le prince George détes­te­rait-il déjà les voyages offi­ciels? À Varso­vie, William l’avait genti­ment répri­mandé, lui deman­dant de sortir les mains de ses poches. Cette fois-ci, le papa de George a semblé plus compré­hen­sif, et s’est contenté de le garder près de lui. 

 

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here