Ken Wharfe est l’une des rares personnes à avoir réel­le­ment connu Lady Diana. Pas l’épouse du prince Charles aperçue dans les céré­mo­nies offi­cielles, ni même la prin­cesse des cœurs souriant devant les objec­tifs des camé­ras mais Diana elle-même, avec ses bons et ses mauvais côtés. Durant six ans, cet offi­cier de Scot­land Yard a assuré la protec­tion rappro­chée de la mère des princes Harry et William. Une longue période au cours de laquelle le garde du corps a eu l’occa­sion d’assis­ter à certaines scènes surréa­listes, comme cette fois où, pour se chan­ger les idées, Lady Diana a décidé de partir à Vérone écou­ter Luciano Pava­rotti.

Nous sommes alors en août 1990. Cela fait main­te­nant trois ans que Ken Wharfe offi­cie auprès de la prin­cesse. Le garde du corps se trouve d’ailleurs à porter de bras de la belle-fille de Sa Majesté sur la plus part des clichés offi­ciels datant de cette période. En cette période d’été, il accom­pagne Diana et sa mère, Frances Shand Kydd, pour un petit périple de trois jours en Italie. Accueilli par des amis locaux, le petit groupe se rend un soir dans un théâtre antique afin d’assis­ter à une repré­sen­ta­tion du Requiem de Verdi, chanté par nul autre que Luciano Pava­rotti. Le spec­tacle est splen­dide, la prin­cesse est subju­guée. A la fin de la repré­sen­ta­tion, elle reçoit une invi­ta­tion à rejoindre avec son entou­rage réduit le ténor dans sa loge. Pava­rotti a reconnu l’épouse du prince Charles durant sa pres­ta­tion. Ken Wharfe assiste alors à une scène surréa­liste. Il explique comment durant plusieurs minutes, Il Divo va flir­ter de façon éhonté avec Diana. Selon l’offi­cier, la prin­cesse, elle, était déjà sous le charme du chan­teur italien avant même d’entrer dans sa loge.

Ken Wharfe raconte fina­le­ment comment une fois sortie des coulisses, encore cham­bou­lée par la beauté de la pres­ta­tion et par la pluie de compli­ments que vient de lui faire Luciano Pava­rotti, Lady Diana décide soudai­ne­ment de partir pour Venise, la cité des amou­reux. Rien n’était prévu mais l’offi­cier de sécu­rité s’exécute. Lady Di, sa mère et leur ombre passe­ront une soirée merveilleuse dans la cité des Doges. Un souve­nir fort aussi bien pour le garde du corps que pour la prin­cesse. Ken Wharfe se souvient en effet qu’avant de quit­ter l’Italie, Diana lui a glissé: « Si seule­ment je pouvais avoir cette liberté une fois par mois, ca rendrait le quoti­dien plus facile ».

Crédits photos : MARETTI/SIPA

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here