C’est arrivé le 20 juillet dernier. Le chan­teur du groupe Linkin Park s’est donné la mort dans sa maison de Palos Verdes près de Los Angeles. Ce jour-là, l’artiste devait se rendre à une séance photo. C’est son chauf­feur qui a appelé les secours. « Je venais juste d’arri­ver et son employée de maison est sortie et m’a dit qu’il venait de mettre fin à ses jours… Il s’était pendu », déclare le conduc­teur. Relayé sur le site TMZ, l’enre­gis­tre­ment de l’appel montre la détresse des deux premières personnes à avoir décou­vert  le chan­teur mort. On entend, derrière la voix du chauf­feur, l’employée de maison hurler et pleu­rer dans le jardin. On l’entend aussi s’entre­te­nir au télé­phone avec la femme de Ches­ter Benning­ton dans des sanglots hysté­riques.

Le chan­teur de nu-métal a été décou­vert pendu dans sa chambre le jour de l’anni­ver­saire de son ami Chris Cornell, décédé deux mois avant. Le chan­teur de Sound­gar­den s’était suicidé de la même façon. Dans la pièce où l’artiste a mis fin à ses jours, aucun mot ou lettre d’adieu n’ont été retrou­vés. Aucune drogue n’a été décou­verte, seule­ment une bouteille d’alcool ouverte. L’inter­prète de Nobody Can Save Me se battait depuis un moment contre ses addic­tions. Battu et violé dans son enfance, Ches­ter Benning­ton est resté un homme fragile marqué à vie par les sévices qu’on lui a infligé. Un folle rumeur d’assas­si­nat complo­tiste circule sur le web depuis son décès. Aucun argu­ment n’a été véri­fié et sa femme n’a pas contre­dit la thèse offi­cielle sur la mort de son époux.

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here