Ils étaient quelques millions la semaine dernière, face à l’Islande, ils seront surement aussi nombreux, ce soir à 20h45, devant France 3 ou Euro­sport pour soute­nir les joueuses de l’équipe de France dans leur rencontre face à la Suisse. Du onze français engagé depuis quelques jours dans cet Euro de foot­ball fémi­nin 2017, une milieu de terrain a su tirer son épingle du jeu. Aman­dine Henry, 27 ans, a déjà marqué deux buts pour les Trico­lores depuis le début de la compé­ti­tion. De quoi faire de la jeune lilloise l’une des coque­luches du public fran­co­phone. Si elle se démarque aisé­ment sur le rectangle vert, la spor­tive de haut niveau se distingue égale­ment dans le choix de son agent. Dans un milieu très majo­ri­tai­re­ment trusté par les hommes, la personne en charge des inté­rêts de la joueuse française n’est autre qu’une ancienne Miss, Sonia Souid.

Notons une nouvelle fois qu’il n’est fran­che­ment pas commun de croi­ser le chemin d’une femme dans le monde sans pitié des agents de foot­bal­leurs inter­na­tio­naux, encore moins celui d’une ex-Miss. Car si elle connaît bien les podiums, Sonia Souid, 32 ans, n’est pas là pour apprendre à sa cliente comment se dépla­cer avec élégance ou quoi porter lors de sorties offi­cielles. Celle qui fut élue Miss Auvergne 2003 alors qu’elle venait de se lancer dans des études de méde­cine a fina­le­ment opté pour la carrière d’agent. D’abord dans l’immo­bi­lier de luxe, elle a rapi­de­ment mis le cap sur l’univers du ballon rond. A son actif, déjà quelques belles perfor­mances comme le fait d’avoir placé la première femme entrai­neur à la tête d’un club profes­sion­nel, avec Corinne Diacre au Cler­mont Foot. Un milieu dans lequel l’ancienne candi­date au concours Miss France avoue tout de même avoir du mal à se faire accep­ter par ses homo­logues mascu­lins. « J’ai croisé des agents aguer­ris qui m’ont fait comprendre que je n’avais aucun avenir dans ce métier, que cela ne servait à rien de m’achar­ner… Quand on a 25 ans et qu’on est une femme, c’est encore plus dur de ne pas douter », confiait-elle il y a deux ans au site Géné­ra­tion respon­sable. Aujourd’hui, Sonia Souid voit sa cliente Aman­dine Henry enchaî­ner les pres­ta­tions avec de plus en plus d’aisance, aussi bien chez les Bleues qu’à Port­land ou au PSG, clubs où elle a évolué cette année. Peu à peu, les femmes se font leur place dans un sport trop long­temps réservé aux seuls hommes.

Crédits photos : Matt West/Shutterstock/SIPA

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here