Davina : « Le jour où je suis devenue moniale bouddhiste »

Mon père est catholique, ma mère, bouddhiste. Elle m’a initiée très tôt à la méditation et aux arts spirituels. En 2003, après une rencontre avec le dalaï-lama, je décide enfin de changer de vie.

Dès l’âge de 10 ans, dans mon pensionnat religieux, je suis sûre de mon destin : je serai nonne. Je sors premier prix du Conservatoire de danse classique, pratique la danse contemporaine, donne des cours. La danse pour moi est une autre façon de prier. Véronique est mon élève et devient mon amie. On est en 1979. Quelques mois avant que Jane Fonda ait la même idée, je crée avec Véronique un cours, mélange de gym et de danse en justaucorps fluo sur musique disco. C’est l’aérobic ! Succès immédiat, notre salle parisienne ne désemplit pas. Le magazine du bien-être « Vital » nous consacre 17 pages, Antenne 2 programme « Gym-Tonic » : pendant sept ans, notre cours télévisé du dimanche matin met la France à la culture physique ! En parallèle, je poursuis ma culture spirituelle. Je fais des études de médecine chinoise, de psychopathologie, d’acupuncture et pratique le yoga. Je mène une existence quasi monacale, très éloignée des mondanités parisiennes. 

Lire aussi. Davina: après la télé, le Tibet

Grâce à Véronique, je trouve une maison dans le Poitou. L’été, j’y propose des stages d’éveil spirituel. En 1998, j’assiste à la conférence de Sa Sainteté le dalaï-lama à Paris. En 2003, je le rencontre en tant que journaliste. A son passage, je suis la première à qui il serre la main. Un signe ? A cet instant, je décide de m’engager totalement dans le bouddhisme. Après un pèlerinage en Birmanie, je me lance dans l’étude des textes et la pratique de la méditation auprès d’un maître tibétain. Il me conduit à mon premier engagement en 2004, puis à mon ordi-nation de moniale au Tibet, en 2007. L’un des piliers étant l’humilité, nous sommes loin du star-système ! Mais ce chemin spirituel est ma voie. J’ai vendu mon appartement parisien, troqué mes vêtements contre la sobre tenue bordeaux, symbole des passions apaisées, et jaune, symbole de la sagesse. J’ai converti ma propriété du Poitou en monastère Chökhor Ling. J’y vis avec quatre autres moniales. Nous y pratiquons une authentique fraternité. Chaque instant est sanctifié par le sentiment de gratitude. 

Toute reproduction interdite

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here