Aux Critics Choice Awards, la sensation Margot Robbie et le soutien à Catherine Deneuve

Notre journaliste Dany Jucaud a assisté à Los Angeles à la soirée des Critics Choice Awards, prix aussi importants que les Golden Globes dans la course aux Oscars.

Dans le hangar de l’aéroport de Santa Monica où, comme tous les ans, a lieu la cérémonie des Critics choice awards, qui donnent un avant-gout des Oscars, le flot de femmes en noir contraste avec le soleil éclatant à l’extérieur. L’ arrivée de Nicole Kidman en rose fushia et de Jessica Chastain en vert pomme ainsi que d’autres actrices est un véritable soulagement et présage une éclaircie de couleurs pour les prochains événements. «Vous êtes Française ? » me demande ma voisine de table. «Quelle chance vous avez d’avoir une actrice comme Catherine Deneuve qui ose dire à haute voix ce que beaucoup ici pensent tout bas. Seule une Française peut parler comme ça !»  La veille, déjà, à la soirée donnée par Vanity Fair au Château Marmont en l’honneur de Paul Thomas Anderson pour « Phantom Thread» lors de laquelle des mannequins portant les costumes du film défilaient entre les invités, d’autres femmes tenaient le même discours..

Lire aussi : Margot Robbie, Gal Gadot… Le meilleur (et le pire) des looks 

Ici ou ailleurs, quelque soi l’endroit, les conversations sur le harcèlement sont sans fin et chacun y va de son commentaire au fur et à mesure des révélations. Mira Sorvino, qui a fait une très jolie carrière depuis, s’excusait dans la presse d’avoir tourné avec Woody Allen dans «Maudite Aphrodite» en 1995. De même Greta Gerwig regrettait d’avoir participé à «To Rome with love» en 2012. Pourquoi ne pas l’avoir fait avant ? Le campagne pour les Oscars de «Lady Bird» de la même Greta Gerwig n’y ait sûrement pas étranger. Mon voisin de gauche, outré par ces déclarations contre Woody Allen nous confie, ce que peu de gens savent que le frère de Mia Farrow – John Villers Farrow – purge une peine de 10 ans à la prison de Maryland pour attentat à la pudeur sur deux enfants de 6 et 9 ans – faits qu’il a d’ailleurs reconnus en 2013…

Lire aussi : Angelina Jolie resplendissante aux Critics Choice Awards

James Franco récompensé en son absence

Assise à la droite du patron de Netflix, Angelina Jolie, tout en blanc, est comme un ange tombé du ciel. A une autre table, entourée du cast de Big Little Lies, Nicole Kidman, qui, comme aux Golden Globes, remportera le prix de la meilleur actrice, partage sa joie avec Reese Witherspoon productrice heureuse de la série. Margot Robbie, l’interprète de «Moi Tonya », pressentie pour être nommée aux oscars, est sincèrement surprise lorsqu’on l’ appelle sur scène pour recevoir le prix d’interprétation féminine. Un torrent d’applaudissements accueille «La Forme de l’eau » de Guillermo Del Toro désigné meilleur film de l’année. Grands absents et des récompenses et dans la salle, les protagonistes de « The Post ». Rien, en effet, ce qui en surprend beaucoup, pour Steven Spielberg, Meryl Streep et Tom Hanks, déjà boudés aux Golden Globes. Gal Gadot, l’héroine de « Wonder Woman » – le plus gros blockbuster de l’été dernier – reçoit le prix #SeeHer  pour avoir mené le combat de toutes les femmes pour plus de justice.

Lire aussi : Le discours féministe inspirant de Gal Gadot

Seule fausse note de cette belle soirée : le prix de l’interprétation masculine pour James Franco dans « The Disaster Artist », non présent jeudi soir… Les premiers applaudissements passés, les conversations sur le harcèlement reprennent. Et pour cause. Accusé par cinq femmes, dont certaines de ses étudiantes au Studio 4 et à la Playhouse de Los Angeles, son avenir artistique est des plus incertain. Comme me le glisse a l’oreille avec humour un de mes amis :«S’ils se débarrassent de tout le monde qui va rester ?» Mais l’humour à Hollywood n’est vraiment pas d’ actualité…

Toute reproduction interdite

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here