Nicolas Sarkozy, son nouveau combat : « Ma femme Carla sera à mes côtés »

Nicolas Sarkozy s’engage contre les cancers de l’enfant. Dans un entretien accordé mardi 13 février 2018 au journal Le Parisien, l’ex-président a révélé qu’il était devenu le parrain de la campagne Guérir le cancer de l’enfant au XXIe siècle. Son objectif : sensibiliser le public et récolter de l’argent pour faire avancer la recherche. « Ma femme, Carla, sera à mes côtés« , annonce-t-il.

Pilotée par Frédéric Lemos, père d’un petit Noé emporté il y a trois ans par la maladie, la campagne vise à récolter d’ici à 2020 quelque 10 millions d’euros qui seront reversés à l’Institut Gustave-Roussy (Villejuif). Une cause chère au coeur de Nicolas Sarkozy qui a connu Noé. En 2012, il s’était servi de sa « capacité à ouvrir des portes pour lui obtenir un médicament innovant mais pas encore commercialisé« . Quelques années plus tard, malgré son immense courage, le garçonnet a perdu sa bataille contre la maladie. « Aujourd’hui Noé n’est plus là, mais ses parents continuent à faire bouger les lignes. Je vais les aider dans ce combat, car si le mot injustice a un sens, le cancer des enfants est sa définition même« , a-t-il confié.

Noé n’est jamais sorti de mes pensées

Engagé en tant que citoyen et ancien chef de l’État, Nicolas Sarkozy l’est aussi évidemment en tant que père. « Noé n’est jamais sorti de mes pensées. Mais il reste aussi pour moi, grâce aux nouveaux protocoles qu’il a reçus, l’enfant qui avec cette maladie a eu l’espérance de vie la plus longue au monde. Trois ans de plus, à cet âge, qui est presque celui de ma fille [Giulia, 6 ans, NDLR], ce n’est pas rien« , a-t-il ajouté.

Mobilisé, Nicolas Sarkozy affirme toutefois qu’il a « longtemps été réticent à [s’]engager publiquement, par crainte de mauvaises interprétations« . L’ex-président ne voulait pas qu’on l’imagine « dans un combat politique« . Il justifie aujourd’hui sa prise de position : « Et puis, il y a eu ce papa qui se bat pour tous ces enfants. Mes scrupules m’ont paru dérisoires, superflus par rapport à cet enjeu majeur. Ce qui m’anime aujourd’hui, c’est d’aider les personnes vulnérables, les enfants, mais aussi les personnes âgées. Je pense notamment à la tragédie de la maladie d’Alzheimer, qui me bouleverse et pour laquelle j’aimerais m’investir encore plus« , a-t-il conclu.

Pour faire des dons à la campagne Guérir le cancer de l’enfant au XXIe siècle : guerirlecancerdelenfant.fr

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here