Orelsan décroche 3 Victoires de la musique, dont on veut déjà le priver !

Il a beau avoir fait un triomphe, vendredi dernier, aux 33èmes Victoires de la musique en décrochant pas moins de trois prix dans les catégories artiste masculin, album de musiques urbaines et création audiovisuelle de l’année, Orelsan ne fait pas l’unanimité. Malgré son come back réussi grâce à « La fête est finie » sorti dans les bacs en 2017, le rappeur n’a pas réussi à faire oublier son passé.

L’effet Weinstein

Rattrapé par les textes de ses anciennes chansons, il fait aujourd’hui l’objet d’une pétition qui demande l’annulation de ses prix. On lui reproche de donner un mauvais exemple à la jeunesse, d’inciter à la violence en banalisant les violences faites aux femmes. Une certaine Céline Steinlaender sur Change.org a aussi montré du doigt son « sexisme ». Des thèmes qui font bondir tout le monde quelques mois après le début de l’affaire Weinstein…

Sont particulièrement visés deux chansons « Saint-Valentin » (2009) et « Sale Pute » (2006) sorties il y a déjà quelques années, dont les paroles ne font pas dans la dentelle. « J’te l’dis gentiment, j’suis pas là pour faire de sentiments, j’suis là pour te mettre 21 centimètres » ou encore « ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner » raconte la première. Mais aussi : « J’vais te mettre en cloque (sale pute) et t’avorter à l’Opinel » pour la seconde.

Orelsan déjà relaxé

Et même si la justice a déjà relaxé le BFF de Gringe, en 2016, suite à une précédente plainte, évoquant la liberté d’expression, on dirait que Orelsan va encore être obligé de défendre son style.

>> A voir aussi : INTERVIEW : Orelsan : Ras le bol de la polémique sur le titre Sale pute !

F.A

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here