Pour tous ceux qui ont eu la chance d’avoir une belle amitié avec un de ces compagnons à quatre pattes, la perte est souvent vécue comme un moment très douloureux, à l’instar de la perte d’un être cher. Pour certains, leur chien était un compagnon, parfois le seul, celui qui écoutait leurs malheurs, avec qui ils partageaient tout leur temps, leurs joies, leurs doutes, leurs combats. Pour d’autres, un membre de la famille à part entière, un guide, un pilier.

S’il n’y a pas de recette magique pour bien vivre après la mort de son chien, il existe plusieurs solutions pour réussir à avancer et faire son deuil avec plus de sérénité.

Les premières choses à faire : ne pas nier la réalité
Quand un animal part, il ne quitte pas pour autant le lieu qu’il a habité. Que son existence se soit terminée de mort naturelle ou après une décision pour mettre un terme à ses souffrances, il reste de lui dans la maison et c’est ce à quoi il faut faire face immédiatement après. Si vous souhaitez quelques informations sur le déroulement d’une cérémonie, cliquez ici.

En priorité, il faut débarrasser l’espace qui lui était dédié pour éviter de trop souffrir en le voyant. S’il est tout à fait humain de laisser sortir son chagrin, mieux vaut ne pas le provoquer, les premiers jours sont déjà assez difficiles à traverser. En pratique, retirez son panier, sa couverture, ses jouets, ses gamelles.

Concernant sa nourriture, ne perdez pas de temps, consultez vos proches pour savoir s’ils seraient intéressés par ses croquettes ou ses bâtons, autant que cela serve à quelqu’un. En effet, il est inutile de les garder dans votre placard, sauf si vous voulez vous faire du mal dès que vous prenez quelque chose.

Vous pouvez garder un objet comme un collier, une médaille, ou même un jouet, qui sera rangé à une place dédiée. Vous saurez qu’il est là et c’est tout ce qui compte pour faire le deuil et garder un souvenir matériel. Vous trouverez d’autres conseils pour vivre l’épreuve du deuil ici.

Faut-il adopter un autre animal après la mort de son chien ?
La question suscite souvent débat, avant de prendre une décision à la hâte de se s’engager envers un nouvel être vivant pour de longues années, il faut prendre le temps d’examiner les différents cas de figure.

1) La fin des contraintes : le maître retrouve son entière autonomie, ce qu’il attendait pour changer de vie ou faire davantage de voyages par exemple. Dans ce cas, les projets l’aideront à vivre cette épreuve et à trouver une nouvelle façon de vivre.

2) Une solitude pesante : le maître qui n’envisage pas son existence sans un animal ne pourra pas retrouver d’équilibre tant qu’il n’aura pas un nouveau compagnon. Dans ce cas, mieux vaut faire les démarches d’adoption au plus vite.

3) Des conditions matérielles défavorables : si la famille prévoit un déménagement (d’une maison à un appartement par exemple) ou si le maître n’a plus les capacités pour bien accueillir un animal (en cas d’âge avancé exemple). Inutile de prendre un nouvel animal, il faut faire face au chagrin et laisser faire le temps.

Tout dépend donc du style de vie de chaque maître concerné. Une femme qui vit seule et qui peut s’occuper d’un animal (si son état de santé le permet par exemple), reprendra quasi systématiquement un compagnon.A l’inverse, une famille qui a eu un chien pendant une bonne dizaine d’année et dont les enfants sont grands ne le fera probablement pas, du moins pas avant d’être à la retraite avec des conditions de vie plus appropriées.

Comment faire face au chagrin d’un enfant ?
La perte de l’animal de la famille n’est pas vécue de la même façon par tous. Pour les enfants, il y a souvent un très gros sentiment d’injustice et ils ont bien du mal à surmonter leur peine. En réalité, la perte d’un animal est une épreuve structurante et riche pour un enfant car elle lui permet de se confronter au départ d’un être aimé, ce qui, malheureusement, sera amené à se reproduire par la force des choses. Voici quelques idées pour les aider à avancer sur leur chemin :

Lui proposer de mettre une photo dans sa chambre, sur son bureau par exemple, pour qu’il puisse la contempler et se rappeler des bons souvenirs.
Planter un arbuste ou une fleur dans le jardin en guise de symbole pour lui montrer que personne n’oubliera l’animal disparu.
Ne pas en faire un tabou, tout comme pour la perte de proches, il faut savoir se remémorer les bons moments ou les bêtises pour se faire un peu de bien et partager des moments privilégiés avec les gens qu’on aime.
Quelques idées pour garder une trace de son chien

© Flickr – dkhlucy
Faire une toile personnalisée : de nombreux sites proposent d’imprimer la photo de son choix sur toile, que ce soit telle quelle ou avec un effet comme la sérigraphie. Pourquoi ne pas envisager de décorer un bureau avec un tableau de votre toutou ? (voir wallprint.fr ou toileimpression.fr)

Personnaliser des objets : sans tomber dans l’excès, on peut choisir d’imprimer la photo de son chien sur un mug ou un porte-clés pour garder un souvenir toujours avec soi. (voir mypics.com ou bien photobox.fr)
Créer un livre photo dédié à votre compagnon pour compiler tous les jolis souvenirs de votre histoire au fil des ans (monalbumphoto.fr par exemple)
Entreprendre d’écrire son histoire avec un biographe : une histoire d’amitié peut mériter d’être relatée. Vous racontez vos souvenirs et un professionnel les met en mots pour vous afin de créer votre livre. Pour plus d’informations, vous pouvez vous renseigner sur le réseau Nègres pour Inconnus NPI ou sur les sites de professionnels comme plumedelephant.com ou celui-ci.
La disparition d’un animal peut aussi devenir un moteur ou un prétexte pour entreprendre de nouveaux projets. Pourquoi ne pas devenir bénévole dans un centre d’accueil ou encore chien visiteur avec votre prochain compagnon pour donner un peu de bonheur à des gens qui n’ont pas la chance d’avoir leur propre animal ?

La mort de son chien est toujours une épreuve difficile à vivre mais la vie continue… Après des années de souvenirs et de bonheur partagé, les premiers jours sont inévitablement éprouvants mais le temps adoucit les blessures en laissant derrière lui de beaux souvenirs…

Source : Chien.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here